Quelque chose à vous dire

Benoit Lanciot, Directeur de la Communication événementielle et des Partenariats du Groupe SNCF

« Devenir l’acteur majeur de la mobilité des grands événements internationaux, fortement médiatisés et se tenant en France ! »

 

Quelle est la genèse de ce partenariat en tant que Supporter National de la Coupe du Monde féminine de la FIFA, France 2019™ ?

 « Dès la fin de l’Euro 2016 – dont nous étions transporteur officiel et sponsor de la compétition – nous avons été contacté par la Fédération Française de Football pour mener une réflexion au sujet du rôle que pourrait jouer le Groupe SNCF à l’occasion de la Coupe du Monde féminine de la FIFA, France 2019. La Fédération internationale de football nous a alors expliqué son besoin en matière de mobilité, en précisant son souhait de privilégier des transports collectifs, respectueux de l’environnement et donc de donner la priorité à la voie ferrée autant que possible. Ce qui a fait écho à notre stratégie de partenariat : Ne pas apparaitre comme un « sponsor logo » mais bien positionner le Groupe SNCF comme un acteur engagé soutenant les grands événements nationaux et internationaux se déroulant sur l’ensemble du territoire Français, bénéficiant d’une forte médiatisation et ayant de forts enjeux de mobilité. »

Concrètement, quel était votre rôle dans ce volet mobilité ?

« Nous avons transporté les 24 équipes et leurs encadrants ainsi que les arbitres, d’une ville à une autre et assuré leurs déplacements urbains sur place. 2/3 des trajets se faisaient en TGV INOUI et en autocar avec notre filiale Keolis. Le dernier tiers relevait de l’aérien lorsqu’il était impossible de faire autrement. A noter que nous étions également en charge de l’acheminement du matériel et des équipements, via des camions de la société Geodis appartenant à notre groupe. »

Était-ce une bonne occasion de redorer l’image du Groupe SNCF ?

« Je ne dirais pas cela car si la FIFA et le Comité d’organisation sont venus nous chercher, c’est qu’ils ne doivent pas avoir une si mauvaise image de nous… mais plutôt que c’était une belle occasion de mieux faire connaître notre savoir-faire et nos solutions de mobilité à grande échelle qui ne se limitent pas au train et sont complémentaires. Fournir tous les transports nécessaires à la compétition était le fondement de ce partenariat, reposant sur un volume d’échange marchandises défini préalablement, ce qui n’empêchait pas, en cas de besoin de l’organisation, de générer des prestations de services supplémentaires qui étaient alors facturées. »

La dimension féminine de cette compétition a-t-elle été décisive dans votre choix de devenir un des 6 Supporters Nationaux aux côtés d’EDF, Arkema, Proman, Crédit Agricole et Orange ?

« Notre groupe est engagé depuis de nombreuses années dans un programme de mixité permettant une meilleure représentation des femmes dans l’entreprise. Nous l’avons d’ailleurs illustré avec ce film qui est diffusé sur les réseaux sociaux, l’a été lors des matchs et dans les cinémas. Intitulé #TousLesButsSontPossibles, il exprime notre choix de soutenir les femmes sur tous les terrains… pas seulement de foot… mais aussi dans notre entreprise où les métiers, y compristechniques, ne sont pas réservés aux hommes. Une démarche qui s’est concrétisée en 2012 avec la naissance de SNCF au Féminin, notre réseau qui rassemble près de 7 000 femmes et hommes de l’entreprise, qui s’engagent pour faire progresser la mixité et ainsi, porter le changement, l’innovation et les valeurs de progrès social au service de la performance du Groupe SNCF. »

Comment avez-vous décliné votre partenariat de la Coupe du monde féminine en interne et en externe ?

« 2/3 de nos actions étaient dédiées à nos collaborateurs avec pour ambition de faire de cette aventure un outil de management et un levier de communication interne. Jeux-concours, remerciements des équipes… permettaient à nos salariés de pouvoir profiter de l’événement en assistant à un match. Le 1/3 restant était dévolu à des cibles externes: leaders locaux d’opinion, élus institutionnels, clients B to B et quelques B to C, presse essentiellement régionale ainsi que des influenceurs. Nous étions aussi très actifs sur les réseaux sociaux grâce à nos 200 ambassadeurs digitaux relayant notre actualité et très présents dans les gares concernées avec des volontaires accueillant les supporters. »

Allez-vous poursuivre votre engagement dans le football ?

« Nous allons déjà faire le bilan de ce partenariat ainsi que celui mis en œuvre à l’occasion de la Coupe du Monde féminine des moins de 20 ans de la FIFA, qui s’est également déroulée en France en août 2018. Mais plus que le choix du football, ce qui nous importe est, je le rappelle, de soutenir les grands événements ayant lieu sur tout notre territoire avec une forte médiatisation et une vraie dimension mobilité. Et, peut-être que la Coupe du monde de rugby en 2023 voire les Jeux Olympiques de 2024 seront pour nous des opportunités ? Bien qu’il s’agisse, notamment pour le second, de budget sans commune mesure ! ».

Une mobilité tout terrain 

– 76 transports d’équipes opérés par le Groupe SNCF en TGV INOUI, via 250 autocars Keolis et 100 camions Geodis ; 17 gares mobilisées avec 300 volontaires SNCF accueillant les supporters du monde entier ;

– 52 matchs dans 9 villes hôtes du 7 juin au 7 juillet, plus d’1 million de spectateurs dans les stades et 1 milliard de téléspectateurs à travers le monde.

Laisser un commentaire