En deux mots

De la lumière… mais pas à tous les étages !

Alors qu’un filet de lumière réapparaît enfin pour notre secteur, au bout de ce très long et sombre tunnel pandémique…. Les 24e Jeux olympiques d’hiver de Pékin, et en particulier la cérémonie d’ouverture, portaient l’espoir de rallumer les étoiles événementielles planétaires, à la lumière de cette longue et belle tradition qui suscite encore et toujours des waouh admiratifs dans le monde entier. Et, il faut reconnaître que côté lumière, la mise en scène du cinéaste Zhang Yimou… nous en a mis plein les mirettes ! Si l’histoire qu’il a raconté, un tantinet enfantine, manquait incontestablement d’esprit festif, de glamour et d’émotion – ce que l’on peut admettre en raison des températures hivernales et de la menace épidémique – les effets spéciaux mis en œuvre étaient… carrément spectaculaires ! Les 11 600 m2 de sol en panneau led vidéo ont littéralement fait briller ces immenses tableaux faits de projections lumineuses et démontré aux 3 millions de téléspectateurs la magie technique de cette scénographie.

Une magie bien éphémère, lorsqu’on met en lumière le contexte de ces JO se tenant dans une région… où il ne neige quasiment jamais ! Résultat : 100% de neige artificielle, produite à partir de 185 millions de litres d’eau, sans oublier les 20 000 arbres abattus dans une zone protégée pour créer les espaces de compétition. Autant dire, un désastre pour l’environnement et l’écologie… Ce qui ne semble pas perturber le CIO, dont le président Thomas Bach – à des années-lumière de ces préoccupations – a déclaré « Aujourd’hui nous pouvons le dire : la Chine est un pays de sports d’hiver ».

Mais oui, tout comme le Qatar est un pays dont le climat est parfaitement adapté à la pratique du foot de haut niveau… nécessitant la climatisation des 8 stades pour la Coupe du Monde de foot qui s’y tiendra en fin d’année. Sans oublier, le scandale des ouvriers victimes d’accidents sur les chantiers… Pas de quoi interpeller la Fifa ni l’Émirat, qui ont fait la lumière sur ces sujets en promettant un bilan carbone neutre de l’événement et en assurant que les mesures de sécurité des projets de construction étaient très strictes. Force est de constater que CIO, Fifa… c’est au final: un peu de sport, beaucoup d’argent et de pouvoir, énormément de cynisme et d’irrespect… En un mot : il y a de la lumière… mais pas à tous les étages !

 

 

Laisser un commentaire