Quelque chose à vous dire

Thomas Rodier, Event & Sponsorship Manager de Nissan Europe


« La crise liée à cette pandémie nous a rapprochés de nos partenaires »

De quelle façon votre entreprise traverse-t-elle cette crise ?

« Naturellement, comme pour beaucoup d’entreprises, l’activité s’est considérablement réduite après l’annonce du confinement. Tant sur un plan industriel qu’opérationnel. Néanmoins, nous sommes restés actifs et avons maintenu ouvert le service après-vente de certains concessionnaires de manière à assister, gratuitement, les professionnels qui étaient en première ligne pour faire face à cette pandémie, comme le personnel soignant et les travailleurs prioritaires. Concernant notre organisation interne, nous avons utilisé toutes les possibilités que nous offraient les pouvoirs publics afin d’adapter notre structure à la période et le télétravail a ainsi rythmé le quotidien de beaucoup d’entre nous. »

Avez-vous participé à des initiatives citoyennes en cette période ?

« Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour aider et soutenir les différentes initiatives, comme celle d’assembler des respirateurs pulmonaires et des visières de protection grâce aux imprimantes 3D. Cette production atypique, qui s’est faite dans nos usines de Sunderland au Royaume-Uni et de Barcelone en Espagne a permis de fournir du matériel médical dans ces deux pays. Nous avons également prêté de nombreux véhicules aux équipes soignantes à travers l’Europe, comme par exemple en France en collaboration avec le collectif #ProtègeTonSoignant. »

De quelle manière avez-vous communiqué en interne ?

« Dès le début, l’entreprise a déployé Microsoft Teams afin de nous permettre de garder le lien et de communiquer. Et, nous nous sommes familiarisés durant toutes ces semaines avec des outils nouveaux pour nous comme Zoom, Houseparty… Cela dit, nos équipes étant réparties sur le territoire Européen, elles sont habituées à travailler à distance et cela n’a pas été très différent de d’habitude, hormis en ce qui concerne la charge de travail. Le rythme a été beaucoup plus soutenu, avec des réunions s’enchaînant toute la journée pour ceux qui avaient des dossiers en cours et devaient en assurer le suivi, voire l’annulation. C’était notamment mon cas, puisque Nissan étant partenaire de l’UEFA Champions League, nous devions être à Istanbul pour la 65e finale le 30 mai. »

Qu’en-est-il des événements que vous aviez programmés ?

« Les événements d’envergure comme ceux liés à la finale de l’UEFA Champions League (avec plein d’événements dans l’événement), la conférence de presse qui était prévue juste au moment du confinement ou encore notre grosse convention Européenne, devant se tenir mi-mai à la Seine Musicale, ont été annulés car impossibles à reporter. Mais les manifestations de plus petite taille devraient être de nouveau relancées dès que nous aurons une meilleure visibilité sur la situation. Et puis, il y a les rendez-vous programmés à l’instar d’un gros lancement de produit Européen, courant 2021, traditionnellement organisé sur deux journées avec 500 journalistes le premier jour et 500 concessionnaires/acheteurs grands comptes le second. Nous avons prévu deux scénarios de façon à nous adapter à la future situation sanitaire que nous ne maîtrisons pas : un premier qu’on pourrait qualifier de classique avec un rassemblement physique et un second hybride avec introduction du digital si nous ne pouvons pas assurer la réunion en présentiel. »

Et pour vos opés internes ?   

« Tant que les mesures sanitaires imposées par le gouvernement demeurent les mêmes, nous nous appuyons sur notre appli interne Nissan Insider pour délivrer de l’information auprès des équipes. Et lorsque nous avons une prise de parole, nous le faisons via Teams ou Zoom. Là encore, nous sommes en position d’attente et développons différents scénarios pour nos événements internes, de manière à nous adapter à l’évolution de la situation. »

Comment avez-vous géré la situation avec vos fournisseurs événementiels ?

« Partant du principe que nous faisons tous partie de la grande famille événementielle, nous avons pris soin d’être le plus bienveillant possible et avons ainsi, par exemple, assumé tous les coûts engagés par les agences sur les manifestations que nous avons dû annuler. Ces dernières sont fortement touchées par la crise et il était hors de question de leur imposer une double peine ! Concernant les prestataires, nous avons agi dans le même esprit en faisant jouer, quand cela était possible, le cas de force majeure afin de faire fonctionner les assurances. Une tâche de grande ampleur, notamment pour toutes les prestations qui avaient été engagées à Istanbul pour la finale de l’UEFA Champions League. Bien évidemment, tout cela a eu un impact budgétaire important. »

Cette crise va-t-elle changer votre relation avec vos partenaires ?

« La crise liée à cette pandémie nous a rapprochés de nos partenaires. Notamment par l’attitude que nous avons adoptée vis-à-vis d’eux. Et je sens, à ce titre, que nous devrions aller encore plus loin. En tant qu’annonceur, je suis convaincu qu’il faut revoir le modèle de l’appel d’offres tel qu’il existe. Nous devons être plus souples, faire confiance aux agences que nous connaissons et qui savent faire. Certes, il faut que le choix et le travail d’une agence soient encadrés par le service achats de l’annonceur mais nous devons faire confiance aux pros. J’aimerais que les annonceurs me rejoignent dans cette volonté et arrivent à convaincre leur service achats de procéder différemment. Et, si nous devons faire un appel d’offres, alors il faut sérieusement envisager de le rémunérer pour qu’il y ait moins de valeur perdue. »

 Comment voyez-vous vos futurs événements ? 

« Je suis plutôt optimiste et je pense que l’événementiel va redémarrer. Je fais ce métier car je suis convaincu de son impact et de son efficacité. Rien ne remplace l’expérience avec le produit ou la marque. Pour moi, il y aura des événements qui demeureront irremplaçables comme pour un lancement de véhicule, imposant que l’on puisse toucher et surtout tester celui-ci, déclencher un coup de cœur… et puis, d’autres qui pourront se faire en ligne en utilisant des technologies devenues très performantes. Pour info, nous avons découvert que sur Teams, il était possible d’avoir une traduction simultanée en 6 langues d’un discours grâce à l’intelligence artificielle ! Tous les événements ne nécessitent pas la rencontre physique de 500 participants que l’on fait voyager en avion pour se retrouver autour de 3 voitures… Et chez Nissan, bien avant le Covid, nous avions déjà envie d’individualiser l’expérience avec le produit. C’est d’ailleurs ce que nous avions fait en septembre dernier pour le lancement du nouveau modèle Juke. Nous avons monté 5 rendez-vous dans 5 villes Européennes pour proposer, à chaque étape, une expérience personnalisée à seulement deux journalistes avec des créneaux horaires dédiés. Un format très fort et très efficace qui permet de prendre le temps et d’établir un vrai relationnel, d’optimiser les budgets et augmenter le ROI.» https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6635843971635531776

Heavent Meetings, reporté à début septembre, devrait être le tout premier grand rassemblement de la filière. Un rendez-vous important pour vous ?

« Bien sûr, ce rendez-vous permet de faire du sourcing, d’échanger avec d’autres décisionnaires événementiels et de développer du business. Il n’y a pas, à mon avis, beaucoup de rencontres de ce type. »

Que retirez-vous, à titre pro et perso, de cette période ?

« Je me suis plutôt ennuyé car, en tant qu’homme de communication et d’action, ces semaines ont largement manqué d’adrénaline ! Cela dit, il est certain que cela nous pousse à revoir la façon dont nous organisons nos événements. Il va nous falloir trouver des solutions adaptées et tendre vers des expériences plus puissantes, plus individualisées ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire