En deux mots

Monsieur Patate

On n’a parlé que de lui !  Et si l’on peut regretter que ce soit au détriment d’autres véritables innovations, force est de constater que ce petit frenchie a réussi le plus beau coup de com au dernier CES, le salon annuel high-tech grand public de Las Vegas. En présentant Potato, sa pomme de terre connectée, l’inventeur Grenoblois Nicolas Baldeck a fait le buzz auprès des 175 000 visiteurs et des journalistes auxquels il a expliqué, le plus sérieusement du monde, que « Les patates sont très très intelligentes, mais nous ne pouvons pas communiquer avec elles ». D’où son idée de les équiper d’une carte électronique afin de capturer leurs ondes cérébrales et pouvoir, à l’aide d’intelligence artificielle, décoder leur langage… Il est sûr que cette trouvaille qui va faire avancer l’humanité à pas de géant a laissé quelque peu perplexe ! Le Parmentier de l’innovation s’est donc justifié en précisant que « Potato n’est pas un canular pour ridiculiser le CES mais une performance artistique, afin d’interpeller sur le bien-fondé du tout connecté ». Et, de faire lui-même un parallèle avec la fameuse banane scotchée au mur par l’Italien Maurizio Cattelan et vendue 120 000 dollars lors du dernier Art Basel à Miami. Ces deux pieds de nez à l’industrie de la high-tech et au domaine de l’art contemporain ont d’ailleurs inspiré moult marques et leurs agences de com, qui ont rebondi avec plus ou moins de créativité mais tous la même envie : faire l’événement… autour de micro-événements… lors de grands événements… En un mot, faire le buzz et l’actu à tout prix, en se renvoyant la patate !

Laisser un commentaire