En deux mots

Babar n’a pas eu sa prime

Quel que soit votre âge, il y a fort à parier que ce classique de l’édition enfantine a fait partie de votre bibliothèque rose puis verte : Le Club des Cinq et le trésor de l’ile, Le Club des Cinq contre-attaque, Le Club des Cinq et le passage secret… vous rappellent sûrement quelques souvenirs de lecture des aventures de ces détectives en herbe nommés Claude, Annie, François et Mick, toujours accompagnés de leur fameux chien Dagobert. Écrite par Enid Blyton et publiée en Angleterre entre 1942 et 1963, la série de romans traduite en 40 langues est parue en France à partir de 1955 et perdure encore aujourd’hui. Avec une nouveauté puisqu’il existe désormais des versions parodiques… pour adultes ! En tout bien tout honneur, je vous rassure, puisque parmi ces thématiques actuelles figurent notamment… Le Club des Cinq arrête le gluten, Le Club des Cinq face au Brexit ou encore le Club des Cinq part en séminaire ! Imaginées par Bruno Vincent, auteur Anglais de livres humoristiques, ces variantes nous font retrouver les personnages à l’âge adulte vivant en colocation, bossant dans la même entreprise, se déplaçant en Uber, mangeant des graines de chia et se détendant avec des jeux vidéo… « Quatre générations d’enfants ont grandi avec cette collection, donc il fallait que le pastiche reste respectueux. On ne pouvait pas se moquer des personnages, alors j’ai plutôt choisi de tourner en ridicule la vie moderne » précisel’auteur. Dans l’opus qui nous intéresse, la petite troupe est envoyée en séminaire de cohésion et n’est pas follement emballée à l’idée. S’en suit le récit assez caustique de tests de personnalités qui font encore plus perdre l’estime de soi, d’exercices inspirés de métaphores foireuses, de jargon incompréhensible de coachs… De quoi continuer à vous faire sourire en vivant ou revivant des situations du quotidien par procuration. Et, il paraît que le concept marche tellement bien que l’éditeur Hachette a lui aussi lancé la version adulte d’une autre collection mythique : les Monsieur Madamede Roger Hargreaves avec, entre autres, Monsieur Heureux et la soirée d’entreprise. Voilà de quoi remplir les rayons de votre espace cafet’ en attendant Martine organise sa convention, Oui Oui lance sa nouvelle voiture ou Babar n’a pas eu sa prime…

Laisser un commentaire