En deux mots

Des petits plats… vraiment dans les grands !

Des serveurs dont la tête est emprisonnée dans une cage à oiseaux ou une petite montgolfière … d’autres emmitouflés dans des manteaux rouges en plumes d’autruche… une pêche à la ligne se jouant au centre de la table… des comédiens faisant du tennis autour des invités… des assiettes recouvertes de passoires, cloches ou chapeaux… un lâcher de 36 poules entre deux plats… Ce sont quelques-unes des étonnantes mises en scène imaginées par un tout aussi étonnant personnage : Charles Kaisin. Ce Belge de 45 ans – aux multiples casquettes de directeur artistique, scénographe, designer, architecte, concepteur d’événements – est en train d’imposer sa (sacrée !) patte auprès de pas mal de marques à l’instar de Maison Louis Roederer, Ice Watch, Rolls-Royce, la SBM Monaco ou encore Le Bel…

Toutes ont été séduites par son concept de diner/banquet surréaliste aux scénographies plus qu’originales mariant la chorégraphie, la gastronomie, le chant voire le sport… le tout dans un ballet millimétré et préparé des mois à l’avance par une équipe d’une quinzaine de personnes. Derrière ces productions parfois extravagantes, toute l’expérience de Charles Kaisin acquise au Royal College of Art de Londres mais aussi auprès de l’architecte Jean Nouvel ou encore du sculpteur Tony Gragg. Il en résulte une belle dose de créativité et un imaginaire féérique, une organisation/logistique aux petits oignons et une belle pincée de poésie magistralement orchestrée.

Du décor à la création d‘objets en passant par l’identité visuelle, les costumes et la scénographie… chacune de ses soirées emmène les invités dans un univers onirique au sein duquel ils sont d’ailleurs acteurs comme Charles Kaisin le précise : « Ce dîner c’est un opéra où le spectateur n’est pas à la corbeille ou au balcon, il est sur scène et participe à cet enchaînement d’étonnements, de surprises ». Des parenthèses éphémères mais durables dans le souvenir et l’émotion qu’elles procurent. En un mot… de l’événementiel!

 

Muriel Chapuis

Laisser un commentaire